Les sociétés de service à la personne et les séniors

Cela fait désormais plus d’un an que nous vivons tous dans un contexte sanitaire assez particulier. Après trois confinements, des restrictions rigoureuses, des couvres-feux, beaucoup ont connu une baisse de moral plus ou moins importante selon chacun. Notre vie sociale est devenue souvent presque inexistante et nous n’avons plus qu’une hâte, que cette période ne soit plus qu’un mauvais souvenir derrière nous. 

Mais certaines personnes ont en effet été plus touchées que d'autres par cette vague de solitude engendrée par la Covid-19. Les seniors font partie du segment de la population le plus vulnérable face au virus et ont plus de chances que le reste de la population de développer des formes graves de la maladie. Par conséquent, même en période de non-confinement, ils étaient très peu en contact avec les autres personnes, quand bien même il s’agissait de leur famille, afin de ne pas risquer une contamination.

Hormis cette situation atypique, les seniors sont plus touchés par l’isolement que n’importe quelle autre tranche de la population. La France est d’ailleurs le 3e pays d’Europe le plus atteint par ce phénomène. En France, c’est cinq millions de personnes qui sont affectés par l’isolement, un quart des plus de soixante dix ans.

L’isolement en période de covid 19 ne touche pas seulement les séniors, en effet les étudiants sont une autre partie de la population très affectés, pour beaucoup en télétravail depuis bientôt un an maintenant, ils n’ont plus l’occasion de voir leur entourage autre que familial, sont constamment à la maison et limitent leurs interactions sociales, pourtant particulièrement nécessaires à leurs âges.

Néanmoins, contrairement aux séniors, ils restent beaucoup moins vulnérables face au virus et peuvent se permettre de sortir le weekend et voir leurs proches, lorsqu’il n’y a pas de confinement.

Le manque d’interaction sociale peut avoir de réelles conséquences tant psychologiques que physiques. En effet, il a été montré que les personnes isolées tendent deux fois plus à développer des pathologies cardiovasculaires ou encore de l’hypertension. L’homme a besoin d’autrui, d’ailleurs, les personnes très sociables seraient généralement en meilleure santé que d'autres et seraient moins susceptibles de souffrir de dépression. La santé et le bonheur seraient en étroite corrélation, déterminée par un facteur clé : nos relations sociales.

Pour pallier à l’isolement des séniors en ce temps de crise sanitaire, il est important, et dans certaines situations indispensables, que les personnes âgées gardent tout de même un contact avec l’extérieur. Pour ce faire, un grand nombre d'organisations ou d’entreprises continuent à intervenir au domicile des particuliers et les aident à garder un lien social. 

Par exemple, les aides-ménagères à domicile viennent passer du temps avec les seniors, chez eux, dans le cadre de leurs missions de ménage et de repassage à domicile.  Effectivement, de simples échanges sociaux avec une autre personne permet de se sentir moins seul, même s’il n’y a pas de lien affectif. De plus, il est très fréquent qu’une personne “sénior” tisse des liens d’affection avec son aide-ménagère régulière. Il peut s’agir là d’une grande aide morale.

Il ne faut cependant pas oublier que, tout aussi indispensable que le lien social, la sécurité physique des bénéficiaires de services les plus vulnérables doit être assurée par les sociétés de services à la personne et d’aide à domicile. Les aides-ménagères et les divers intervenants doivent pour cela appliquer aux domiciles de leurs clients les protocoles d’hygiène strictes, pensés pour leurs métiers.

Article rédigé par N. Elguess